Les huit salopards

Synopsis :

Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit Le Bourreau, fait route vers Red Rock, où il conduit sa prisonnière Daisy Domergue se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix, le nouveau shérif de Red Rock. Surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par quatre personnages énigmatiques : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, l’auberge va abriter une série de tromperies et de trahisons. L’un de ces huit salopards n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier que tout le monde ne sortira pas vivant de l’auberge de Minnie…

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Source : Allociné

Les huit salopards  était le film à voir en ce début de janvier 2016.

Les critiques sont assez divisées, aussi bien au niveau des spectateurs que de la presse. Et pour cause !
Quentin Tarantino, nous a bien servit de l’hémoglobine mais traînant sur la longueur. J’ai trouvé le début avec la diligence beaucoup trop long. Le décor et l’ambiance auraient pu être posés bien plus rapidement, d’autant que beaucoup repose sur le dialogue ce qui tend à rendre le tout assez ennuyant. Mais c’est justement là que réside tout l’intérêt du film. Les dialogues sont provocants et même violent, le tout dans une atmosphère de méfiance à son paroxysme.

C’est à partir du huis clos dans l’auberge que le film prend toute son ampleur Tarantinoesque.
Je salue complètement le jeu des acteurs (Samuel L. Jackson ♥) mais beaucoup moins la musique. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Django et ses scènes si bien rythmée par les chansons choisies. Avec Les huit salopards, c’est assez décevant, il n’y a pas de grand frisson.

Dans son ensemble c’est un bon film qui mérite d’être vu une deuxième fois, signé Tarantino sans aucun doute, malheureusement peut-être trop long mais restant à la fois captivant par les dialogues et cette ambiance pesante et assez dérangeante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s