Trouble alimentaire ou simple gourmandise ?

Les problèmes liés à la sur-consommation de nourriture (ou au contraire de sous-consommation) est un problème très « XXI siècle ».

Je suis totalement dépendante à la nourriture. En effet, pour moi, manger est l’une des choses les plus importantes dans ma vie. Mais j’ai aussi ce problème d’avoir dû mal à gérer mes excès.
Par période de stress ou de grande fatigue, je suis capable d’ingurgiter une quantité gargantuesque d’aliments, et aussi bien pendant le repas que pour un simple « grignotage » (qui se transforme généralement en repas haha).
Ceci n’a jamais inquiété mes parents et tout le monde dans ma famille me qualifiait de « grande gourmande ».

giphy
L’extase a chaque bouchée

Il y a maintenant quelque temps, je discutais avec une copine des troubles alimentaires. Elle m’expliquait qu’elle venait de découvrir grâce à notre ami Google qu’elle faisait de l’hyperphagie.

L’hyperphagie fait partie de la boulimie.

Cela correspond a une prise importante et compulsive de nourriture (d’où le terme d' »hyperphagie ») sans comportements compensatoires (vomissement, laxatifs, hyperactivité sportive…)

1) Absorption, en une courte période de temps (moins de 2 heures), d’une quantité de nourriture dépassant notablement ce que la plupart des personnes mangent dans le même temps et dans les mêmes circonstances.

2) Sentiment de perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (par exemple, sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter de manger ou de ne pas pouvoir contrôler ce qu’on mange ou la quantité de ce qu’on mange).

Durant les crises de boulimie, au moins trois des critères suivants d’absence de contrôle sont présents :

1) Prise alimentaire nettement plus rapide que la normale.

2) L’individu mange jusqu’à l’apparition de sensations de distension abdominale inconfortable.

3) Absorption de grandes quantités d’aliments sans sensation physique de faim.

4) Prises alimentaires solitaires afin de cacher aux autres les quantités ingérées.

5) Sensations de dégoût de soi, de dépression, ou de grande culpabilité après avoir mangé.

Définition hyperphagie

Grosso-modo, j’ai à peu près tous les symptômes, sauf que je ne me cache pas des autres et je ne me dégoûte pas pour autant (je ne culpabilise pas). Autre fait notable, c’est que je suis tout à fait capable de me contrôler. Du coup, je suis belle et bien une « grande gourmande ».

En revanche, cette conversation avec mon amie m’a permis de me rendre compte que de nombreuses personnes dans mon entourage sont sujettes à ce trouble. Et si c’est également votre cas, vous devriez consulter un psychiatre et éventuellement un nutritionniste. En effet, ce genre de problèmes sont psychologiques (troubles liés à la petite enfance etc.) et parfois un réajustement de l’alimentation peut permettre de retrouver un bon équilibre.

Si certains d’entre vous ont été traité contre l’hyperphagie ou suivent actuellement une thérapie votre témoignage pourrait peut-être en aider plus d’un(e) !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s